Fertilité masculine après 40 ans

L’essentiel sur la fertilité masculine à 40 ans passé

A partir de la quarantaine, la conception d’un enfant devient beaucoup plus compliquée pour un homme. A 40 ans et plus, la fertilité masculine connait une nette diminution selon plusieurs études.

Dans cette article nous passerons en revue les éléments de la fertilité masculine après 40 ans.

La différence entre la conception et la qualité des gamètes

Certes, un homme ne connait pas de limite d’âge au niveau de la conception. En effet, un homme peut devenir père même s’il est plus âgé. Contrairement à la femme, il peut procréer à tout âge. Néanmoins, les recherches notent une réduction de la fertilité masculine de l’ordre de 2 % par an. Ce phénomène prend place à partir de la 24ème année.

Par ailleurs, l’homme produit des gamètes sans discontinuer. Toutefois, la qualité du sperme opère une réduction avec l’avancée de l’âge. Comparativement à la femme, l’homme n’est pas soumis aux soucis liés à la ménopause. Ainsi, il n’enregistre pas de réduction accélérée de la fertilité à l’aube de la quarantaine.

La baisse de fertilité va prendre l’aspect d’une diminution progressive et évolutive de la qualité de la semence. De plus, ce ralentissement se fait lentement mais sûrement au fil des ans.

Les raisons de cette baisse de qualité des gamètes prennent deux formes. La première est basée sur un volume de spermes beaucoup plus réduite. La deuxième porte sur une mobilité moindre de spermatozoïdes, au cours des ans. En outre, ces derniers se présentent sous des formes inédites au fil du temps.

Les délais de conception en question après 40 ans

Passé 40 ans, le délai de conception pose problème. Cela signifie qu’un homme doit patienter davantage pour espérer être père. A 40 ans et plus, le délai de conception est beaucoup plus long. Parfois, ce délai dure plus d’une année. C’est surtout le cas si la conjointe est âgée de plus de 35 ans. De plus, les possibilités de devenir père en une année sont réduites de moitié entre 25 à 35 ans. D’autres études scientifiques révèlent une sorte d’horloge biologique masculine. Pour rappel, la femme fait face à l’arrêt des cycles de reproduction au moment de la ménopause. Dès lors, elle ne peut plus avoir des enfants.

Lorsque la fertilité masculine à tendance à baisser, la production de semences diminue progressivement. Ainsi, un homme de 40 ans et plus enregistre une diminution de plusieurs éléments essentiels pour la fertilité. Cela concerne la réduction du DHEA, de la testostérone ainsi que celle de l’estrogène. Parfois, la fertilité en baisse est d’ordre pathologique. Dans ce cas, il faut noter la présence d’un déficit androgénique liée à l’âge, connu sous le sigle savant DALA.

Une étude portant sur environ 2 000 hommes démontre que la fécondation in vitro n’échappe pas à cette règle implacable. En effet, un père qui a plus de 40 ans peut rencontrer un nombre plus important d’échecs de conception d’enfant. Le couple peut affronter ce type de problème indépendamment de l’âge de la future mère.

Les risques potentiels d’être père après 40 ans

La plupart des scientifiques pensent que l’âge de la mère peut provoquer les risques de fausses couches ou de maladies d’origine congénitale. De son côté, l’âge du père peut entrainer un nombre de chromosomes XXY chez le bébé. C’est le cas de l’homme de plus de 40 ans. 

Il s’agit de l’apparition de la trisomie 21 ou toute autre maladie génétique comme le syndrome de Klinefelter. En parallèle, les anomalies portant sur la structure des chromosomes sont majoritairement liées au vieillissement paternel. A 44 ans et plus, environ 13 % des gamètes sont sujets à des anomalies de structures. De plus, le vieillissement paternel est souvent associé à un taux élevé d’une forme de translocations réciproques équilibrées au niveau du fœtus.

 Les autres problèmes d’origine congénitale vont concerner d’autres pathologies. Il faut citer des mutations dites autosomiques dominantes. Les enfants issus de pères de plus de 40 ans peuvent être victimes d’achondroplasie, de syndrome de Marfan, de polykystose rénal. Il ne faut pas oublier la maladie d’Apert.

Pour autant, les anomalies congénitales sont d’une faible fréquence. Pour l’heure, ces risques ne concernent que 0,3 à 0,5 % chez les pères de plus de 40 ans. Quelques modifications des fonctions cérébrales sont signalées chez l’homme de 50 ans et plus qui devient père. Le vieillissement paternel serait lié à la diminution d’apprentissage chez les enfants. 

Les données récentes tablent uniquement sur des études réalisées sur un échantillon restreint d’individus. En effet, la dégradation de la fertilité masculine ne constitue pas nécessairement la majorité. Certains hommes conservent une fertilité normale au-delà de leur quarantième année. Les données des diverses études traitent davantage de FIV sur les donneurs de plus de 40 ans. Il s’agit de données qui se rapportent à la reproduction assistée. Ce mode de reproduction concerne un homme de plus de 40 ans sur quatre.

 Il faut noter l’exemple d’acteurs célèbres comme Yves Montand qui est devenu papa à 67 ans. Il ne faut pas omettre Charlie Chaplin qui  a eu un enfant à 73 ans.

Les précautions à prendre pour améliorer sa fertilité masculine après 40 ans.

La fertilité masculine en baisse n’est pas une fatalité. Un homme peut préserver la fertilité après 40 ans en suivant plusieurs recommandations. Cela porte sur des règles simples d’hygiène de vie.

Un homme de plus de 40 ans doit suivre un régime alimentaire bien équilibré. Il suffit de limiter la consommation de graisses saturées. Ces dernières sont présentes dans les aliments industriels comme les plats cuisinés trop salés ou trop gras. Par ailleurs, il faut éviter l’exposition aux perturbateurs endocriniens. C’est le cas des pesticides et des polluants organochlorés, surtout dans le milieu rural.

En outre, le port de pantalons trop serrés est néfaste pour la production de spermatozoïdes. Ce mode vestimentaire provoque une élévation de la température des testicules trop comprimés. C’est une cause possible de la baisse de fertilité masculine. 

Si l’homme est prédisposé à l’obésité, il convient de perdre du poids. Le tabac constitue un facteur aggravant de la stérilité masculine. Arrêter de fumer est salutaire pour la fertilité et pour les autres organes. Enfin, la pratique régulière d’une activité sportive est un gage de fertilité masculine. 

Enfin il existe aujourd’hui des compléments alimentaires spécifiques qui permettent d’améliorer sa fertilité masculine après 40 ans. Attention sur ce dernier point tout les produits ne se valent pas en terme de qualité et vous devez privilégier des compléments avec une fabrication Française et une bonne traçabilité des matières premières.

Fertilité masculine après 40 ans, Fertimax
Nous avons choisi Fertimax pour son efficacité et la qualité des ingrédients utilisée